Cliché radio cervical arthrosique vue de profil

En-tête

L'arthrose est une pathologie dégénérative évolutive des articulations. Elle a longtemps été  considérée primaire c'est à dire sans cause définie si ce n'est l'usure du temps qui passe.

L'excès de charge pondérale est un facteur aggravant, puisque la pression au cm2 exercée sur la surface articulaire est proportionnelle à la charge appliquée. L'augmentation des volumes corporels dus à l'embonpoint sollicite plus encore les haubans musculaires équilibrateurs, ce qui augmente les contraintes articulaires cf chapitre haubans musculaires. L'arthrose est une pathologie dégénérative secondaire qui calque ses remaniements structuraux sur les flux de forces qui passent par l'articulation. Pression, dépression, intensité, constance ou alternance, direction, volume de forces sont autant d'éléments auxquels sont soumis les articulations.

L'arthrose concerne aussi les adultes jeunes, on ne peut donc pas incriminer seulement le temps qui passe, la génétique a peut être son mot à dire, nos cartilages et donc nos chondrocytes sont ils programmés pour se dérégler aussi rapidement ? Ne peut on pas imaginer que certains comportements moteurs pourraient participer à une usure prématurée des cartilages. La chirurgie prothétique de la hanche ou du genou est la solution finale, lorsque les détériorations sont à un stade avancé. La prévention ne pourrait elle pas retarder l'arthrose ou limiter son évolution ?

Le cartilage est en quelque sorte la zone tampon de l'articulation, la jonction avec l'os se fait par la zone sous chondrale. Les chondrocytes constituent ce cartilage, ce sont des structures vivantes. Sous stimulation physique adéquate ils sont sphériques et sécrètent au niveau de l'articulation du collagène de type 2 qui assure le glisser des surfaces articulaires. Sous stimulation inadéquate, la perte de la sphéricite supprime l'homogénéité de la distribution des forces qui passent par l'articulation et la production de collagène est modifiée.

Qu'est ce qu'une stimulation inadéquate ?

C'est par exemple la perte de l'alternance du rythme rigidifiant et dérigidifiant que l'on retrouve dans la scoliose dorsale cf chapitre du rythme- scoliose. La vertèbre sommet est en hyper appui articulaire rigidifiant dans la concavite et en perte d'appui dérigidifiant dans la convexité. Au niveau de la hanche on retrouve aussi  la corrélation entre les flux de forces et les lésions observables radiologiquement. Les lésions arthrosiques sont radicalement opposées selon les pressions exercées sur les surfaces articulaires . L'hyperpression engendre des géodes ou lacunes articulaires alors que l'hypopression engendre des ostéophytoses ou excroissances osseuses. Les deux cohabitent au sein même de l'articulation de la hanche, destruction d'un côté par trop de sollicitation et création de l'autre par manque de sollicitation alors que l'équilibre des forces en présence devrait s'exercer harmonieusement sur toute la surface articulaire.

Le métabolisme  provient des forces que ces mêmes structures engendrent au cours de leurs fonctions motrice et porteuse. En d'autres termes l'énergie nécessaire à la vie du cartilage est fournie par les forces qui passent par l'articulation. Elles sont de deux types: celles en transit qui assurent la vie cellulaire et celles qui mobilisent. Le pendule image bien cette cohabitation cf schéma du pendule de Newton . Il y a transmission d'énergie de la boule 1 à 5 avec mise en mouvement par l'intermédiaire des trois autres boules qui elles ne bougent pas.

Seule une alternance de forces mobilisatrices équilibrées apporte des stimulations équilibrées au cartilage qui lui garantissent un équilibre biologique et donc longue vie !

Ces rythmes alternés doivent se retrouver à la marche, à la course , en position assise ... la gymnastique d'entretient doit être pensée autrement, le sportif de haut niveau ou du dimanche doit compenser ses contraintes articulaires par des exercices adaptés ... Le kinésitherapeute formé à la kinésithérapie analytique sohier est au centre de cette prise en charge pour tenter de retarder l'apparition ou l'évolution de l'arthrose . 

 

 

 

Une poutre en bois n'échappe pas aux sollicitions mécaniques , la zone de rencontre des forces ascendantes et descendantes se réalise au niveau de la fente où le vide remplace la matière.