Le vélo c'est bon pour les genoux...et bien pourquoi et pourquoi pas ?

 Il faut se mettre d'accord sur ce que l'on souhaite influencer, améliorer, à  quelles structures on s'intéresse.

Le pédalage sur vélo permet une mobilisation du genou dans une amplitude importante, avec un équilibre entre la flexion et l'extension. Les mouvements de grande amplitude favorisent la souplesse articulaire et la stimulation du cartilage. Oui mais pourvu que l'intensité de l'exercice ne dépasse pas le potentiel articulaire et que les articulations du genou autorisent ce mouvement apparemment simple .... Le mouvement de flexion du genou comporte une rotation interne du tibia sur le fémur et le mouvement d'extension d'une rotation externe du tibia sur le fémur, sans quoi le mouvement devient pathomécanique et lésionnel. La perte de rotation se retrouve fréquemment même sur un genou indolore! Dans ces conditions, le pédalage par la répétition des sollicitations est lésant pour les ménisques, les ligaments croisés, la rotule qui cherche sa voie dans l'échancrure inter condylienne fémorale......et donc pas si bon que ça pour les genoux ! Fort heureusement, dans la limite des raideurs invincibles, un kinésithérapeute formé entre autre à la kinésithérapie analytique peut objectiver ces limitations articulaires et les traiter pour le bonheur des cyclistes et des patients qui souhaitent pédaler sans se detruire les genoux!

Prudence avec les cales automatiques qui doivent comporter une liberté angulaire sous peine d'entraver le jeu articulaire normal du genou !