Les muscles longs sont polyarticulaires, ils croisent plusieurs articulations .

Les muscles longs agissent sur la colonne vertébrale comme les haubans d'un navire sur le mât. Pour répondre à l'action du vent force a le hauban mis sous tension engendre la force b . Sa composante c neutralise a puisque de même direction mais de sens opposé . Sa seconde composante d verticale et à sens descendant écrase le mât. Ici, la loi régissant la transmission des forces dans les corps solides joue. La contrainte est maximale au point d' impact c'est à dire a la base du mât. Dans la tempête, les forces de tension des haubans peuvent être d'intensité telle que le mât éclate à la base. Ceci image ce qui survient au niveau des étages d'impact pour un rachis enraidi lorsque les sollicitations des muscles précités sont intenses. Au niveau de la colonne cela concerne le trapèze pour la colonne cervicale et dorsale, le grand dorsal et le carré des lombes pour la colonne lombaire. Il faut donc être prudent avec la gymnastique et la musculation qui bien souvent sur sollicitent ces muscles longs . La méconnaissance de ces principes amène bien des désillusions en rééducation gymnique des insuffisants lombaires. On n'améliore pas la santé d'un moteur en le sollicitant au delà de ce qui est prévu au cahier des charges par le constructeur et lorsqu'il est usé on l'économise! Peut être que la science nous offrira un jour des vertèbres neuves ... en attendant la durée de vie augmentant régulièrement il faut être bienveillant envers sa colonne.
Source kinésithérapie analytique de la colonne vertébrale Tome 1 Raymond Sohier.

A gauche les disques jouent leur rôle d'amortisseur
A droite la colonne enraidie et tassée se comporte comme un corps solide incapable d'amortir les contraintes ascendantes et descendantes.