La pince ouvrante

La pince ouvrante en vue postérieure

Correction d'une scoliose dorsale sur Huber Motion Lab

Exemple de correction d'un scoliose dorsale droite sur Huber Motion Lab . La position basse du bras droit associée au relâchement de l'épaule qui amène une dérotation par le haut de la colonne dorsale assure un premier degré de correction dans le plan horizontal. Le bras gauche mis en tension par le recul des fesses assure une deuxième correction dans le plan frontal. Le bras gauche réalise une poussée vers l'avant par l'action notamment du grand dentelé gauche. L'hémithorax gauche est modelé en postérieur dans le plan sagittal. C'est le troisième degré de correction. La déformation est prise en compte dans les trois dimensions. La position assure aussi une mise en tension des chaines musculaires postérieures et le mouvement de balancier du bras qui accompagne la dérotation de la colonne dorsale réalise un travail excentrique assouplissant des muscles courts profonds de la concavité et des muscles longs de la convexité qui sont retractés. Le mouvement du plateau réalise un pompage grâce à une alternance de mise en tension et relâchement qui complètent et augmentent l'efficacité de l'exercice.

Toute structure vivante a besoin d'une alternance de forces opposées et si possible équilibrées pour exister et se développer harmonieusement.

La colonne vertébrale n'échappe pas à cette règle.

Que se passe t'il au niveau de la pince ouvrante ?

La prise d'appui bilatérale articulaire postérieure grâce à la contraction des muscles profonds, réalise par une prise d'appui postérieure bilatérale, un ryrhme rigidifiant qui dégage le disque des contraintes d'écrasement . C'est la lordose ou cambré

La décontraction de ces mêmes muscles, diminue les contraintes d'appui postérieur et augmente l'appui antérieur discal, c'est le rythme dérigidifiant de la cyphose ou dos rond.

L'alternance de ces deux états est physiologique et nécessaire à l'équilibre biologique vertébral et discal.

L'excès et la prédominance de l'un ou l'autre, crée un déséquilibre 

Le dos rond chronique conduit à la discarthrose et au tassement, l'hyperlordose ou excès de cambrure conduit à l'arthrose vertébrale postérieure.

Entre les deux mon coeur balance... et la scoliose n'est pas loin....

La scoliose correspond à une deviation vertébrale dans les trois plans de l'espace : sagittal, frontal et horizontal. On distingue les attitudes scoliotiques qui disparaissent en position allongée et les scolioses vraies qui ne se réduisent pas en grande flexion du tronc vers l'avant. La gibbosite est la conséquence de la torsion vertébrale,  son sommet correspondant aux deux vertèbres en torsion maximum. 

Considérons une scoliose dorsale droite, cas le plus fréquent, au sommet

  • Dans le plan frontal, la convexite est à droite, la concavite à gauche
  • Dans le plan sagittal, la vertèbre supérieure va vers la flexion, l'inferieure vers l'extension
  • Dans le plan horizontal, les deux vertèbres sont en rotations opposées,  la supérieure part en rotation posterieure droite.

Dans ces conditions, le rythme rigidifiant est maximum à gauche et le rythme dérigidifiant maximum à droite. En d'autres termes, l'appui articulaire postérieur est maximum à gauche et minimum à droite, les deux vertèbres fonctionnent en appui unipodal gauche, comme sur pivot. Les muscles courts profonds rotateurs controlateraux sont sur programmés à gauche, ils fixent donc cette position à chacune de leur contraction phasique, à droite en revanche le manque d'appui articulaire rend innefficace cette contraction phasique.

Voici l'explication articulaire vertébrale la scoliose.

Plus globalement comment les membres inférieurs participent à ce processus ?

Le corps est soumis à des contraintes de forces ascendante et descendante. La majorité d'entre nous à en moyenne fonctionnelle une asymetrie de rotation de hanche qui se traduit par le pied gauche orienté vers l'avant et le droit tourné vers l'extérieur. On retrouve à gauche un membre inférieur rigidifie par mise en tension ligamentaire aux niveau de chaque articulation du pied, de la hanche, et du genou. La réponse musculaire façonne un membre inférieur tonique, dynamique, qui correspond au pied d'impulsion, au pied avant du snowboard. Le bassin est verticalise à gauche. À droite l'inverse se produit, le pied est à tendance pronatrice, le genou va vers le valgum, le bassin s' anteriorise. L'appui antérieur gauche favorise un hors aplomb antérieur gauche donc  l'haubannage musculaire long postérieur droit, muscles rotateurs homolateraux, dans le sens de la scoliose dorsale droite. L'appui postérieur droit favorise un hors aplomb postérieur droit donc l'haubannage musculaire antérieur gauche par l'intermediaire entre autre du psoas qui par ses insertions sur les lombaires participe a la mise en place de la scoliose lombaire gauche. 

L'analyse biomécanique a été volontairement raccourcie pour la compréhension.